Ceci est une révolution : en 2016, le journal papier est de retour à la maison

Rôle des journaux
Jpeg

En 15 ans, jamais nos enfants ne nous ont vu dans le canapé occupé(e) à lire le journal. Les applications des médias et les blogs suffisent à notre besoin d’informations.

Jamais nous ne regardons le journal télévisé, ni même la télévision. L’abonnement à netflix suffit à notre besoin d’écran partagé en famille.

Seule la radio, dans la voiture, sur les longs trajets, nous rassemble autour de l’actualité. Plus par contrainte – nous sommes tous dans un même espace – que par l’envie de chacun.

Nous achetons des magazines, parfois, pour les enfants ou pour nous, mais très rarement le journal – sauf quand les enfants y sont pour leurs résultats sportifs ou leurs activités scolaires.

Alors voilà, maintenant que les écrans sont largement distribués dans la maison et souvent au coeur de nos mains, ce qui devient un objet à part est le papier. J’ai choisi un abonnement à l’édition du week-end : au quotidien, c’était trop. Un hebdo + un journal, 9 euros par mois.

Comme netflix, dropbox ou spotify.

Et comme ces services là, je vais tenter d’utiliser le journal pour son principal « service » : générer des discussions sur l’actualité grâce à des références devenues communes à la famille. Nous rigolons bien à table, à nous raconter nos journées, mais les enfants grandissent et l’ouverture à l’extérieur passe (aussi) par une fenêtre sur le (M)onde. J’aurais pu choisir La Provence, habitant dans le Sud – peut être que j’y viendrais. Mais je cherche pour le moment un journal de fond plus qu’un journal de news. Je vous laisse discuter ailleurs du choix du Monde en tant que journal de fond : c’est mon choix pour le moment, je l’assume totalement :)

Ce week-end nous l’avons reçu pour la première fois. Il va trainer pendant toute la semaine dans les deux lieux stratégiques que sont la table du salon et les toilettes. Je tenterais de le lire pour y repérer des articles intéressants pour ma famille, en fonction de leurs sujets de prédilection.

Sur le long terme, à force de voir trainer cet objet sur la table et de m’entendre en sortir des histoires, peut être que les plus âgés de la famille en deviendront des lecteurs occasionnels. J’avoue en douter, et il est possible que je doive réajuster mon abonnement afin de trouver un titre plus adapté à une famille. D’ailleurs, dans un premier temps je dois moi aussi me ré-habituer à lire le journal, à ne pas considérer que c’est une perte de temps, en tout cas pas pire que de prendre le mobile, l’allumer, vérifier les notifications, glander à tout hasard sur Facebook.

Le pari est le suivant : l’objet étant nouveau, générateur d’histoires, de discussions et donc de liens entre nous, va-t-il trouver une place dans notre famille ?

Cedric

Journaliste web depuis un moment, consultant pour la Wan-IFRA, intervient dans les rédactions (Groupe Express Roularta, Le Figaro, Le Groupe Moniteur, Mondadori, Le Soir, Le Temps...) pour former les journalistes aux outils du web.Profil de Cédric Motte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *