Web 2.0 : le peer-to-peer de l’information

Questions Rôle des journaux

[Billet initialement publié en septembre 2006 sur mon précédent blog. Certaines choses datent, notamment les exemples, mais les idées restent assez dans l’air du temps, à lire par exemple le billet de Damien Van Achter sur owni]

Il est désormais possible de partager l'information sans intermédiaire

Parmi toutes les comparaisons et toutes les définitions à propos du Web 2.0, il y en a une qui pourrait le caractériser particulièrement bien, c’est celle de peer-to-peer de l’information. Les conséquences de cette nouvelle distribution de la connaissance pourraient être fatales aux marques médias actuelles, et favoriser l’émergence de nouveaux entrants. Dans ce cas, quelles seront les sources d’information dans cinq ans ?

Jusqu’à maintenant Internet était considéré comme un quatrième média, complémentaire à la presse, à la radio et à la télé.
Les seuls qui voyaient le Net comme un danger pour leurs activités étaient les maisons de disque, les studios de cinéma et, dans une moindre mesure, les éditeurs de jeux vidéo.

Souffrants du P2P, ils regardent d’un mauvais oeil tous ces internautes s’échanger leurs produits via des services gratuits. Ce non-engouement pour le Net leur a valu de nombreuses critiques dans les médias, jusqu’à la période actuelle, qui définit le 2.0. Car le P2P, cette notion d’émetteur / récepteur sans génération de valeur pour l’intermédiaire, s’étend désormais très largement au-delà des biens culturels et touche, notamment, l’information. Ceux qui, véhéments, attaquaient les maisons de disque en les accusant de ne pas être au goût du jour se retrouvent privés de leur matière première via des sites qui utilisent l’information créée par les internautes. A ce titre Agoravox est intéressant parce que non seulement le site récupère l’information, mais aussi les journalistes, qui représentent une large part des contributeurs. Certes, pour le moment, ils ne sont pas rémunérés, mais ils s’émancipent des médias traditionnels pour disposer d’une tribune. A noter que le fait d’être bénévole n’est pas forcément un drame pour eux qui sont de toute façon mal rémunérés par les journaux traditionnels. La précarité des journalistes n’est pas le débat ici, mais elle contribue fortement à les pousser à essayer de diffuser, par tous les moyens, leurs productions.

 

Une redistribution du temps passé à lire, à regarder ou à écouter

Aujourd’hui, la presse, la radio et la télé voient une érosion de leur part de marché en termes de temps passé. Ce temps passé est récupéré par YouTube, MySpace, les blogs et tous les autres petits sites qui sont ultra-chronophages. Or l’économie des médias est divisée en deux : les émissions d’information, trop chères à produire, et les émissions de divertissement, qui rapportent beaucoup d’argent. Les titres de la presse quotidienne (sur)vivent grâce à leurs suppléments week-end, tandis que les journaux télévisés subsistent grâce aux émissions de divertissement dont les bénéfices sont redistribués. Le 20 heures est encore largement regardé, mais si les émissions qui le financent perdent de l’audience, elles finiront par perdre de la pub : le 20 heures n’aura plus de ressources.


La notion de pré-média

Il y a quelques mois, je qualifiais les blogs et tout site au contenu créé par les utilisateurs de pré-média. L’idée est de considérer ces sites comme des sources d’informations intéressantes pour des points de vue et des interprétations, mais en aucun cas comme des sites relatant des faits d’actualité.
Il n’y a évidemment pas de règle universelle, et des blogs comme techcrunch ou accessoweb sont plus proches du média que du site perso, bien qu’ils soient alimentés par des non-journalistes. Mais nous touchons à une actualité très particulière et de niche : le Net. Chaque support média a son site, émission ou journal parlant de son secteur. Il est évident que l’actualité d’Internet, seuls des sites Web pouvaient la suivre.
Mais ce qui fonctionne pour le thème Internet fonctionnera-t-il pour celui de l’actualité ? Pas sûr, notamment lorsqu’on lit AgoraVox qui est composé plus d’articles d’interprétations que de présentations de faits.
La fin des marques médias actuelles ?

A cela s’ajoute le cycle de vie d’une marque média. Les principaux journaux qui existent aujourd’hui (titres de la presse quotidienne nationale, journaux télévisés, radio) ont pour beaucoup été créés dans les vingt années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Ils appartiennent à deux générations qui les ont vu apparaître, les ont achetés, les ont soutenus. Ces générations ne se retrouvent pas sur Internet, ou en tout cas considèrent l’information diffusée en dehors de ces marques comme peu fiable. Au même titre, la génération des 15-25 ans ne se retrouve plus dans les médias que lisent leurs parents et grands-parents.Les médias actuels sont-ils condamnés à vieillir avec leurs lecteurs ? Si c’est le cas, quelles seront les références de cette jeune génération dopée au Net ? Dans quelle mesure peut-on faire confiance aux blogs ? A Wikipedia ? A AgoraVox ? Nous sommes à une époque charnière pour les médias traditionnels. Si les sources d’information pour les présidentielles en 2012 ne sont plus que les blogs et autres sites aux contenus générés par les internautes, je ne sais pas si cela sera un bien.


A lire

. une étude très intéressante du CLEMI sur l’appropriation des médias par les jeunes, notamment dans le cadre scolaire. Le pdf est ici (repéré chez Cédric Giorgi)
. sur chouingmedia : l’émergence du pré-média

 

 

Photo : AttributionNoncommercialShare Alike Some rights reserved by Roger’s Wife

Cedric

Journaliste web depuis un moment, consultant pour la Wan-IFRA, intervient dans les rédactions (Groupe Express Roularta, Le Figaro, Le Groupe Moniteur, Mondadori, Le Soir, Le Temps...) pour former les journalistes aux outils du web.Profil de Cédric Motte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *