Autour du média internet : l’émergence du pré média

[Billet initialement publié le 24 janvier 2006 sur mon précédent blog. A l’époque, j’avais trouvé ce terme de « pré média » pour désigner les blogs et autres publications à vocation non professionnelle mais transmettant tout de même de l’information. J’aime toujours ce terme. Et vous ? :)]
Depuis sa création Internet a été considéré comme un média, et le moindre site web comme une source d’informations en tant que tel. Cependant l’amalgame permanent entre sites perso et sites médias pourrait être une erreur.

Internet, c’est avant tout un moyen de communication. Arrêtons de considérer tout ce qui est sur internet comme autant de médias.
Préférons dire : « Internet est un média dans le sens diffuseur [support] de communications« . Ainsi nous pouvons comparer Internet à la diffusion papier. Nous y retrouvons d’ailleurs les mêmes types de production que sur internet : les journaux (sites médias), les fanzines (sites perso et blogs), les catalogues (sites de présentation de produits), la VPC (sites marchands), les annuaires (directory…) Nous constatons qu’il y a donc une re-production de ce qui existe en format papier sur le net.

Il pourrait exister tout de même deux différences notables entre les deux médias.

– D’une part un site internet peut regrouper facilement plusieurs types de productions, là où le nombre limité de pages empêchent de regrouper en une seule fois, par exemple, un journal, un catalogue produit et une communauté. Pourtant notons la convergence entre les médias qui éditent des catalogues produits (le hors-série numérique du Point) et les marchands qui éditent des magazines (Ikea, McDonald…).
Cette convergence estompe cette première différence puisqu’un acteur de l’univers du papier peut réaliser tout types de production.

– D’autre part posons-nous la question de l’audience. Doit-on considérer un blog à succès comme un journal à part entière ? Difficile d’apporter une réponse claire à cette interrogation. Mais si l’on regarde l’audience des principaux blogs, on s’aperçoit qu’ils sont moins fréquentés que les sites médias. Et si un blog devient vraiment incontournable, il peut alors basculer dans la sphère « site média » en se professionnalisant.
Attention cependant : donner son avis perso ou piquer des informations ailleurs (merci les moteurs de recherche) ne font pas de son auteur un journaliste. Au mieux un chroniqueur, dont le but est d’interpréter les faits afin de donner son point de vue et non juste de les transmettre.

Une autre possibilité réside dans la précarité d’un blog ou d’un site perso. Ceux qui durent longtemps sont soit l’émanation d’un département marketing, soit sont tenus par des bloggers professionnels.

Difficile, donc, de considérer les productions artisanales (blogs, sites perso) comme des médias à part entière. Il s’agit plutôt de pré-média, c’est à dire dans un produit qui pourrait devenir un média, à savoir une audience, un business model, une légitimité et la confiance de ses lecteurs.

[Note : un dernier paragraphe concluait la version précédente du billet, mais le lien auquel il faisait référence n’est plus actif]

Cedric

Journaliste web depuis un moment, consultant pour la Wan-IFRA, intervient dans les rédactions (Groupe Express Roularta, Le Figaro, Le Groupe Moniteur, Mondadori, Le Soir, Le Temps...) pour former les journalistes aux outils du web.Profil de Cédric Motte

4 Comments to Autour du média internet : l’émergence du pré média

  1. Et bien je n’aime pas ce terme.

    Internet c’est un réseau de machines interconnectées qui sont capables de communiquer entre elles (via des protocoles). Le web utilise internet.

    Un média se définit comme « Tout moyen technique permettant soit la distribution des messages auprès d’un public vaste et dispersé, soit la communication entre des individus, des groupes ou des collectivités plus vastes. »

    N’est pas fait mention de « qualité » ou légitimité du message, de l’émetteur ou de l’audience, ni même de business model ni même au fond « d’information ».

    Un blog, un site, un forum, un site de presse, une campagne de pub c’est bonnet blanc et blanc bonnet selon cette définition.

    Aux origines du web… les sites perso et institutionnels diffusaient des informations pour la plupart de qualité, et souvent de bien meilleur qualité (mais pas forcément de niveau accessible) que les « médias classiques », gratuitement. Je n’ai ressenti nul besoin de la présence de la presse sur le net, si ce n’est de la presse alternative; et le net lui même m’a permis assez rapidement de me passer de la presse papier.

    Aujourd’hui encore, je trouve de nombreux blogs et sites perso (y compris de journalistes) bien plus utiles et intéressants que les sites des médias traditionnels. Je me créé quotidiennement mon propre journal généraliste et spécialisé grâce à mes rss, des sites de presse y ont été ajouté au fur et à mesure, mais ce n’est certainement pas mes lectures principales et encore moins celle de « meilleure » qualité. Beaucoup de blogs ou sites perso de qualité sont abandonnés au cours du temps, c’est vrai, mais leurs auteurs se trouvent souvent ailleurs (réseaux sociaux / forums) et d’autres se créent quotidiennement. Enfin je fais confiance à qqs journalistes, à beaucoup d’amateurs éclairés et d’experts, mais pas à la presse en général.

    Il me semble que les journalistes sur le Web découvre ou réinvente des réflexions, des métiers ou des pratiques qui existaient sur le net, au niveau professionnel, avant leur arrivée (pensons par exemple au « journalisme de liens », qui existe depuis « toujours » sur le net… (les newsletters professionnelles ou d’amateurs passionnés, les what’s new qui ont évolué en blog qui au départ n’était quasi que des liens etc.) ).

    Ce n’est évidemment que mon avis…

    • Bonjour bonjour !
      Merci de votre commentaire.
      Je comprends tout a fait votre point de vue, et vous arrivez sur un terrain non évoqué dans l’article, a savoir la notion de qualité.

      Tout simplement large que je suis d’accord avec vous, au point que je n’ai pas défini un media par ce critère mais par sa capacité a générer du chiffre d’affaire.

      Techniquement – et philosophiquement – parlant, un blog est un media.
      Mais, sauf volonté de gagner de l’argent avec, il n’entre pas dans l’economie des médias. Il est « avant », d’où l’idée de « pré-media ». Mais cela n’est pas un jugement de valeur sur le fond.

  2. Concernant l’audience des blogs comparés à des médias je pense que l’on peut avancer deux raisons :
    – les médias traditionnels ont des marques fortes installées depuis des années. De fait ils sont devenus des références
    – les blogs sont souvent spécialisés voir ultra-spécialisés (niche). Les sites médias sont à l’inverse de grand fourre tout où l’on trouve de tout. Mais un blog techno très fréquenté n’aura-t-il pas une fréquentation supérieure à celle d’une rubrique techno d’un site média ?

    Un mot sur la légitimité. A mon sens pour le lecteur elle ne vient pas du business model qu’il y a derrière. En revanche c’est peut être bien elle qui va permettre de réfléchir à un business model et se professionaliser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *